Partagez | .
 

 Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Caitlyn Piltover
Messages : 51
Date d'inscription : 12/11/2013
avatar

Catherine Linda Elizabeth
Shérif de Batavia







Dernière édition par Caitlyn Piltover le 21.11.13 22:22, édité 8 fois
MessageSujet: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   14.11.13 7:52


Je me présente ...





♦️ ~ ♣️ ~ ♠️ ~ ♥️ ♦️ ~ ♣️ ~ ♠️ ~ ♥️ ♦️ ~ ♣️ ~ ♠️ ~ ♥️ ♦️ ~ ♣️




Mon état Civil - Carte d'Identité :


Nom & Prénom : PILTOVER Catherine Linda Elizabeth
Surnom : Caitlyn
Age :  23 ans (21 Août 1858)
Nationalité : Grande Bretagne (double nationalité Néerlandaise)
Métier : Shérif privée de Batavia
Situation sociale : Betawi







Ma bouille et moi - Caractéristiques Physiques


Ma bouille ?... Je vous en foutrais une bouille. Mais bon, comme je n'ai pas le choix à priori, je vais me décrire. Je ne veux juste pas de commentaire inutile ou mal placé. Déjà, il faut savoir que je suis une femme tout ce qu’il y a de plus normal en apparence. Je suis ni trop grande, ni trop petite. Je n’ai jamais pris le temps de me mesuré, mais je dois faire entre un mètre soixante-dix et un mètre soixante-quinze. Ni plus, ni moins. Ma peau est plutôt clair et mes joues rosées. Ma chevelure brune, longue et épaisse, retombe le long de mon dos sous forme de longues mèches dont les plus longues m’arrivent au niveau des fesses. Mon visage est bien proportionné, ni trop rond, ni trop anguleux. Mes yeux d'un marron clair orangé surplombe un petit nez en trompette qui ne gâche rien à mon visage. Oui, je reconnais que je suis belle et je n'en ais pas peur.

D'ailleurs, ma beauté ne se limite pas à mon visage. Mon corps fait rêvé bien des hommes et même, il ne faut pas le caché, quelques femmes. J'aime mettre mes atouts en valeur et montrer qu'une femme belle peut-être aussi forte et redoutable qu'un homme. Pour cela, je porte une robe sans bretelle à rayures violette et noirs ou rouge et noir, toutes deux à dentelle blanche faisant ressortir ma poitrine et laissant mes cuisses parfaitement proportionnées bien apparentes.

Si l'on se limite à cette description, beaucoup penseront que je travaille à la maison des plaisirs. Pas de chance les mecs, je travail dans avec un tout autre type d'équipement que ceux utilisé par les femmes de la Hase de Venus. Mon fusil fait main est mon meilleur ami. Bichonner, toujours propre et chargé, je le garde toujours avec moi. Quand je ne le tiens pas dans ma main, il est accroché dans mon dos. Je porte également ce grand chapeau qui est, en quelques sortes, l'objet qui fait en sorte que l'on me reconnaisse. Si il est si grand, c'est pour qui l'on face le lien entre moi et les garde de sa majesté Victoria. Même-ci je n'oeuvre pas pour la Reine, j'oeuvre pour son peuple et pour cela, j'ai mon uniforme. D'ailleurs, en parlant du chapeau, il est équipé, tout comme le fusil, d'un système de lentilles grossissantes. Avec, je peux abattre une puce dans le dos d'un chien à cinq cent mètres. J'ai déjà essayé... pauvre chien. Enfin bref, le reste, ce sont des détailles comme le pistolet à plomb accroché au porte-jarretelles ou mes bottes en cuir plutôt classique.





Ma folie et moi - Profil Psychologique



Moi folle ?... C'est fort possible. On me le dit souvent a vrai dire. Même mes parents me le disent. Enfin, mon père me le dit souvent en riant. Néanmoins, il n'a pas tord. Dans ma branche sociale, vous ne verrez jamais une femme tenir un fusil... et encore moins diriger quoi que se soit. Bien que la Reine soit une femme, j'ai l'impression que nous somme futile à l’égare des hommes. Si il y a bien une chose qu'il ne faut pas sous estimer, c'est ma détermination. Si j'ai quelque chose en tête, je le ferais. Si quelque chose me tracasse, je n'arriverais pas à dormir avant d'être rassurée. Je suis comme ça, c'est tout. Disons qu'il ne faut pas me contrarié ni faire de mal à qui que ce soit sous mes yeux sinon, celui-ci passera un mauvais quart d'heure. Mes techniques peuvent être brusque, mais cette ville a besoin de justice et l'armée ne peut pas être partout. Alors, je fais le ménage à ma manière. De plus, je ne tue pratiquement jamais. Je hais ça. Mais... pour des raison évidente pour ceux qui auront lue mon histoire, je n'éprouve aucune pitié envers les crimes de viols. Ce sont les seuls que je tue sans somation.

Sinon, je suis quelqu'un de sympathique. J'aide toutes les personnes dans le besoins, quel que soit leurs origines. J'offre un fruit à un pauvre homme ou un pauvre enfant, j'aide les personnes âgés à se déplacer lorsque c'est nécessaire etc... Disons que je fais de mon mieux pour aider mon prochain. Mais, que ce soit bien clair entre nous : Je ne fais pas de différence entre les origines. Mon attachement à la couronne et mes origines Néerlandaises m'ont apprises à être tolérante envers les autres tant que ceux-ci restent tolérant envers moi même.

Mon tic le plus connu c'est de dégainer rapidement avant de poser les questions. Mais, je ne tire jamais sans être sûre, soyez en certain. Par contre, j'aime intimider mes adversaires. J'aime tellement le thé que j'emporte toujours ma tasse durant le service, bien cachée (vous ne voulez pas savoir où) et je la remplis en passant par moment dans les salons de thés. Chacun ses manies hein ? Sinon, chose plus personnelle cette fois. Bien que je ne suis pas terriblement attirée par la "chose", les maisons closes m'attirent particulièrement. Sans savoir pourquoi, j'aime l'atmosphère qui se dégage de ces endroits là.








Mes gamelles et moi - Histoire



Mon histoire ?... J'hésites honnêtement à vous la raconter. Ce serait comme vous ouvrir les portes de mon cœur que je me suis jurée de ne plus ouvrir à personne. Enfin... Puis-ce qu'il le faut vraiment.

Tout d'abords, il faut savoir que je ne suis pas une fille commune à d'autres. Je suis née d'une union entre un ingénieur Néerlandais et une naturaliste Londonienne. Et puis, je n'étais pas la première fille de la famille. J'avais déjà une soeur aînée de 4ans de plus que moi, pourtant, je n'ais jamais eut à en souffrir, au contraire. Nous étions une famille soudée qui surpassait tout les petits conflits internes entre les deux peuples auxquelles appartenaient mes parents. Nous avions tous notre point de vue sur la question mais jamais nous n'en parlions. Garder pour nous mêmes nos opinions étaient la première chose que j'ai sue apprendre.

Si vous voulez savoir comment j'étais à l'époque, vous devez impérativement oublié qui je suis aujourd'hui. Croyez le ou non, je suis restée durant très longtemps une enfant naïve qui croyait encore aux contes de fées. Ma mère n'était pas souvent à la maison et mon père non plus. Ce fut donc ma soeur aînée qui s'occupa de moi durant une longue période, jusqu'à mes quatorze ans. Ce fut la période durant laquelle elle tomba amoureuse d'un jeune homme. C'était un autochtone, un Indonésien un peu plus vieux qu'elle. Au début, je dois avoué qu'il me faisait un peu peur. Toujours, j'avais eux peur de ces personnes "différentes". Mais, il était d'une telle bonté et d'une telle gentillesse qu'il fut tout de suite admis dans la famille par nos parents.

L'année qui suivit fut une de mes plus belles années. Ce jeune homme qui s'était fiancé avec ma soeur m'avait fait connaitre certaines de ses traditions et, lorsque ma soeur avait trouvée du travail, je passais tout mon temps libre à l'observer travailler. Etant une fille, je me dois de reconnaître que je passais le plus clair de mon temps à observer sa musculature se gonfler aux rythme des coups de pelles et de pioches. J'étais à la fois heureuse et jalouse de ma soeur pour ça. Mais notre complicité était telle qu'elle le comprit rapidement et s'amusait à me taquiner en me disant, le plus souvent.

"Tu es plus belle que moi, Catherine. Ne sois pas envieuse. C'est moi qui t'envie de ta beauté."    

Elle avait le don de me faire rougir avec ça. Le pire, je pense, c'était qu'elle le pensait réellement. Je la voyais comme le symbole de beauté le plus important qu'il puisse exister. Oh que oui je l'aimais... Mais jamais je n'aurais pensé que cela finirait un jour par la manière la plus tragique qu'il puisse exister...

A cette époque là, je ne pouvais pas comprendre à quel point leur relation était dangereuse, non seulement pour eux, mais aussi pour nous tous. Je commençais tout juste à me rendre compte. L'emploi de mon père ne tenait qu'a un fil et ma mère se montrait très discrète avec les voisins, ne sortant et ne revenant que lors des heures creuses, demandant à moi et ma sœur d'être tout autant discrète.

Elle et moi on a toujours aimé transgressé les règles. Mais, j'étais loin de me douté qu'elle en paierait le prix. Tout à commencé au moment où ils ont voulu se fiancé. Là, mes parents, à ma grande surprise, on refusé. J'ai essayé de défendre ma soeur, mais ils m'ont fait clairement comprendre que je ne pourrais saisir les problèmes qu’entraînerait cette union. Finalement, ma soeur, furieuse, quitta la maison en claquant la porte... Ma mère a fondu en larme et mon père retenait les siennes. Quant à moi... je ne me souviens plus si je pleurais ou non. Tout ce don je me souviens, c'était juste que je commençait à douter de ma propre idée de la vie. Cette vision de ma sœur qui sort en claquant la porte, c'est la plus récente que j'ai en mémoire.

Le lendemain soir, après mes cours de langues, je voulus lui rendre visite... mais, en entends dans la cour de mon beau-frère, le spectacle que j'eus fut une vision d'horreur : Le copain de ma soeur avait été écarteler. Le corps du jeune homme baignait dans son sang. Il était mort. Je me précipita alors dans la maison, paniquée. La vision qui suivit fut encore plus choquante que la première. Ma grande soeur... non, je ne peux pas dire ce qu'on lui faisait alors qu'elle n'était déjà plus là. Sur son front, au dessus de ses orbites au regard vide, gravé en toute lettre le mot "PUTIN" à l'objet tranchant...

Je ne saurais dire combien d'hommes étaient présent, ni ce que faisait les autres. Je me souviens juste avoir pris une carabine Wichester qui était posée à coté de la porte. Après, c'est le trou noir. Lorsque je suis revenue à mes esprits, ma mère me tenait dans ses bras. Mes doigts faisaient encore le mouvement répéter du tire et du rechargement, comme par reflex. L'odeur de la poudre flottait dans les airs et des douilles vides gisaient à mes pieds. Je n'arrivais plus à m'arrêter de tirer à vide... Je n'y arrivais plus... Ma grande soeur était morte et je n'ais rien pus faire pour la sauver.

A partir de ce jour, plus un seul mot ne sortit de ma bouche. Mon regard était devenu vide et mon esprit également. A vrai dire, moi même je ne me souviens plus trop de l'année qui suivit le meurtre et le viole de ma sœur. A part de quelques bribes : Ma mère qui me parle, ou mon père. Mais aussi des paroles de l'armée.

"Ces personnes étaient toutes d'origines Néerlandaises... Je ne sais pas si votre fille les a tous eut si seulement elle daignait parler. En tout cas, vue leurs armes et les masques qu'ils portaient, ils avaient déjà préparé leur coup à l'avance. Je vais voir ce que l'on peut faire."

Oui, ça y est, je m'en souviens à présent ! C'est le jour où nous avons reçu la nouvelle comme quoi l'armée avaient d'autres choses à régler que les, je cite, "les petits crimes de banlieue" et, donc, avaient abandonné l'enquête. Ce fut ce jour là que je repris mes esprit. La colère avait surpassée le deuil. Ce jour là, je confie alors à mes parents ma première parole depuis plusieurs mois.

"J'aimerais changer de nom... A présent, j'aimerais que l'on m'appelle Catherine Linda Elizabeth... Pour ma soeur, pour Elizabeth. L'armée l'a oubliée elle, mais la ville entière se souviendra de moi."

La colère au ventre, je monta dans ma chambre. La fameuse Winchester avec laquelle j'ai abattu mes premiers criminels et m'enfuit par la fenêtre de ma chambre avec mon arme sur mon dos. J'en avais assez et je me doutais qu'a ce rythme la ville sombrerait rapidement dans le chaos et l'armée n'y fera jamais rien. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour prendre quelqu'un sur le fait. Un jeune homme encapuchonné était en train de menacer un homme, probablement un bourgeois, dans une ruelle avec un couteau à la main. Sans doute pour de l'argent, mais je ne pris même pas le temps d'y réfléchir. Aussitôt, je dégaina mon fusil et menaça l'homme en question.

"Laches ce couteau et va-t-en, tu auras peut-être une chance. Je te laisse cinq minutes d'avance si tu veux..."

Maintenant que je raconte, je me rends compte que cette parole aurait presque put être comique si la situation n'avait pas été aussi grave. En tout cas, l'homme lui ne rit pas. Il prit le bourgeois et s'en servit comme bouclier humain, sa lame sous sa gorge, menaçant de le tuer si je ne baissais pas mon arme. Heureusement pour moi et pour le bourgeois en question, le voleur était paniqué et l'hésitation se lisait dans ses yeux ce qui me laissa tout le temps pour visé. Mon doigt s'abaissa sur la gâchette et la balle traversa le bras du voleur, l'obligeant à lâcher son arme. Ni une, ni deux, je me précipita sur cet homme et l’assomma rapidement d'un coup de crosse.

Avec la victime, nous rapportâmes l'homme assommé au camp militaire, mais je ne resta pas.

"Si on vous demande... Dites leur que... mon nom est Caitlyn."

Je ne voulais pas prendre le nom de ma soeur, évité que l'on face trop le rapprochement. La contraction de mes deux autres prénoms étaient l'idéal. Je ne le savais pas encore, mais cela allait devenir mon nom dans la rue. En effet, après cette aventure, j'arrêta l'école et m'employa à plein temps à ce bénévolat.

Alors que ma réputation se faisait connaitre, je décidais alors de quitter mes parent pour vivre seule, et ne pas les mettre en danger. Mais, je gardais contacte avec eux. N'étant pas payée, ils me donnaient assez d'argent pour vivre et m'habiller. J'ai dut leur dire ce que je faisais et, bien sûr, ils y étaient opposé. Mais, ils voyaient très bien que j'étais motivée et que rien ne m'arrêterait. Alors, ils ont décidé de m'aider : Ma mère et mon père ont fabriqué ensemble tout mon équipement. Mon père a modifier ma Winchester qui peut contenir à présent deux fois plus de cartouches et de deux types différents, au choix : Les classiques en 9mm ou les anesthésiantes. De plus, tout un système sophistiqué de lentille a été rajouter sur le canon en plus de celles sur mon chapeau. J'ai fait l'expérience et avec, je peux abattre une puce dans le dos d'un chien à 500m... au risque de tuer le chien mais ça, faut pas le dire. En tout cas... je dois tout à mes parents.

L'année dernière, vue que je suis devenue quelque peu connu pour mes exploits, j'ai commencé à rendre des services rémunérer. Et, pour ce faire, je me suis rendu dans les endroits les plus insolites qu'il soit : les bordels. A ma grande surprise, je me suis mise à aimer ces endroits. Enfin, je parle des vrais maisons du plaisirs, et non pas des bordels miteux. La Hase de Venus était vraiment un endroit fantastique, colorée et superbe. Lorsque la patronne m'a rencontrée pour la première fois, le travail qu'elle me proposait était bien loin de celui de garde du corps... la paye aussi, mais... je suis encore vierge d'une et de deux, je n'ais pas encore vraiment envie d'essayer de faire ce genre de chose ou du moins, pas avec un homme. Finalement, elle m'accueillit joyeusement. J'avais droit à ma propre chambre. Pas de salle de bain hélas, faudra faire sans. Mais, ce n'était pas grave. A vrai dire, je me sentais bien ici même-ci, la nuit, il m'arrive d'être réveillée par des gémissements et des hurlements de plaisirs. Enfin, c'est ça de vivre dans un bordel.

J'y ais fait également de belles rencontres comme Cherry, l'une des prostituées les plus appréciées des hommes. Je l'apprécie pour sa bonne humeur et sa sympathie. Parfois, je l'invite à prendre le thé dans ma chambre et, de temps à autres, on se raconte nos aventures communes : Moi mes arrestations et elle ses... enfin vous voyez.

Ce métier ne m'empêchait quand même pas de continuer à établir l'ordre dans la ville à ma manière durant mes heures creuses. Même-ci je n'aurais jamais une vie riche en argent, je savais qu'elle serait riche en aventure. Je vois chaque jour comme un nouveau combat, un combat contre le crime.  





Mes gamelles et moi - Histoire


Le code : {CODE BON} - Archeri
Pourquoi nous ? : Parce queeeeeee Razz
Un petit coup de main pour débuter ? : Pour l'instant ça va. Mais si ça vient de Cherry... je dirais jamais non *w*
Un commentaire peut être ? : CHERRYYYYYYYY *w* ... Voilà, c'était la remarque du soir Razz



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archeri
Messages : 235
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 26
avatar

Spectre phobique du rouge
Terreur d'Admin

MessageSujet: Re: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   16.11.13 16:29

Bonjour bonjour!

On s'est déjà croiser, je ne l'ai pas snober pour ceux qui se demanderais! XD

Je met juste un message pour m'excuser, je me suis permis de remplacer moi même l'ancien model de fiche par le nouveau.
Je n'ai rien changer je me suis seulement contenté de copier coller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://indus-nesos.jdrforum.com
Silvia Saurell
Messages : 60
Date d'inscription : 09/09/2012

Quelques mots sur moi
âge du personnage:: 25 ans
couleur de parole:: Bluesteel / Steelblue
avatar

Collectionneuse d'arme
Live in ponyland

MessageSujet: Re: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   16.11.13 19:41

Bienvenu à toi ! Je sens que nos personnage vont vite interagir l'une avec l'autre ^^

Hâte de voir ta fiche de perso Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Piltover
Messages : 51
Date d'inscription : 12/11/2013
avatar

Catherine Linda Elizabeth
Shérif de Batavia

MessageSujet: Re: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   17.11.13 19:35

Bonsoir a vous deux et merci pour vos encouragement Smile Pas de problème pour le changement Archeri. Quant à Silvia, c'est sûr que l'on va bien s'entendre si c'est pour causer arme à feu ;p.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archeri
Messages : 235
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 26
avatar

Spectre phobique du rouge
Terreur d'Admin

MessageSujet: Re: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   21.11.13 22:28


    :tinycheep: TADA :tinycheep: 

    Te voila officiellement validée, Batavia n'attend plus que toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://indus-nesos.jdrforum.com
Caitlyn Piltover
Messages : 51
Date d'inscription : 12/11/2013
avatar

Catherine Linda Elizabeth
Shérif de Batavia

MessageSujet: Re: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   22.11.13 18:37

Owiiii *w* Youpi o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attention, il y a un nouveau Shérif en ville. (présentation Caitlyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: Les formalités d'usage :: Le registre des nouveaux arrivants :: Les résidents réguliers. :: Les Betawis-