Partagez | .
 

 Le contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Archeri
Messages : 235
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 26
avatar

Spectre phobique du rouge
Terreur d'Admin

MessageSujet: Le contexte   11.09.12 19:06

Les conditions de vie



Journal de Lord Wilson.
Au service de sa Majesté la Reine Victoria





An de grâce 1880.

Quarante-trois ans de règne déjà pour notre Souveraine Victoria. Que Dieu fasse qu’il dure encore longtemps.

Les choix faits par Guillaume IV et par notre très estimée souveraine ont porté l’Angleterre vers une industrialisation toujours plus poussée. Investissant beaucoup de fonds dans les recherches pour l’amélioration de ses procédés, l’industrie britannique est devenue la plus avancée de toutes, laissant rayonner son prestige à travers le monde.
Cela était trop beau pour durer éternellement, les autres pays n’allaient pas se laisser dépasser. Il y eut une vague d’espionnage industriel. Les procédés de nos usines étaient systématiquement copiés par celles des états rivaux. Le reste du monde était désormais au même niveau technologique que nous.

C’était le statu quo : toutes les nations de l’Europe sur un pied d’égalité. Seulement quelques tensions habituelles subsistaient, dues pour la plupart à l’accès aux ressources naturelles.

Les industries sidérurgiques et mécaniques se trouvant être très demandeuses en fer (ou autre minerais plus ou moins précieux, ainsi qu’en charbon), et les ressources étant limitées, il fallait donc s’approprier les meilleurs gisements afin d’asseoir notre domination.
Les plus recherchés de ces minerais étaient sans conteste ceux qui entraient dans la composition de ce que l’on nomme les « terres rares ». Il s’agit de terre formée de divers métaux rarissimes possédant des propriétés très intéressantes pour la mécanique poussée.

Il y a deux ans, un effet de masse fit monter la moutarde au nez de sa majesté. Dans les grands salons de Londres on s’arrachait des automates, robots humanoïdes mécaniques, de fabrication Néerlandaise. Ces petites merveilles de technologie étaient capables d’effectuer des gestes simples comme servir le thé, ou faire les poussières. Ils étaient mus par la force de la vapeur et recyclaient leur eau, ce qui leur donnait une longue autonomie. Une telle avance sur l’Angleterre n’était pas tolérable, au vu de tout l’argent investi dans les recherches. Malgré le fait que nous eussions le savoir technologique nécessaire à leur fabrication, nous n’avions pas les moyens nécessaires de les produire en masse. Notre apparent « retard » venait simplement d’un manque de ces métaux provenant des terres rares.

Il fut décidé de faire d’une pierre deux coups. Des gisements de terres rares avaient été trouvés en Malaisie et dans quelques îles avoisinantes.

Sa Majesté Victoria avait donc décidé de monter une expédition afin de trouver un gisement de ces minerais en Indonésie. Java et toutes les autres îles étant présentement sous domination Néerlandaise, notre Reine n’hésiterait pas, au besoin, à en revendiquer la propriété par quelque argument (ou autres tours qu’un Politicien expérimenté n’aurait pas de mal à trouver).
Tant que nous n’avions pas trouvé ce minerais, il nous fallait être discrets. Nous étions tolérés, car officiellement considérés comme appartenant à une Expédition naturaliste venue étudier la faune et la flore de Java ainsi que celles des alentours de Batavia (Jakarta pour ses autochtones).

Il fallut quinze jours de bateau à vapeur jusqu’à Bombay et presque deux jours de dirigeable pour arriver à destination.

_____________________________________________


Déjà un an et seulement quelques traces de minerais.

La vie sur Java n’est pas de tout repos. Les Néerlandais ayant mis en place « le cultuurstelsel », un système d'agriculture forcée, les paysans indonésiens sont obligés, soixante jours par an, de travailler pour le gouvernement. Sans oublier les industries de transformation qui ont fleuri sur l’île. Gourmandes en énergies, elles rejettent un certain nombre de déchets. C’est le prix du progrès et visiblement l’indigène ne le supporte pas.
Beaucoup de paysans des campagnes refusent de nous vendre de la nourriture pour le simple fait que nous soyons européens.

Notre campement qui nous sert de base est situé en pleine jungle. Cependant, mes hommes et moi-même avons souvent l’impression d’être espionnés. Pourtant, lorsque nous ratissons les zones alentour, nulle trace humaine ne demeure, seulement des animaux et des plantes. Certaines légendes parlent d’habitants de ces îles capables d’accomplir des faits défiant la nature. Pour être honnête, il y a des jours où nous y croyons, quand le soir des silhouettes humaines apparaissent et dans une fraction de seconde disparaissent pour celle d’un animal.

Les Néerlandais eux n’ont pas ces problèmes. Ils vivent presque exclusivement dans leurs grandes maisons, au centre de Batavia, dans un quartier surprotégé par un contingent militaire.

Nous ne fréquentons jamais ces gens. Le seul moment où nous nous aventurons en ville pour nous réapprovisionner, nous allons dans des quartiers plus populaires où l’on nous propose parfois de pallier la mort pour quelques sous ; charlatans, hameçons à vielle bigote esseulée.

En cet âge de progrès, il est affligeant de voir comme de telles idées occultes persistent encore.

[Réglement] ~ [Classes] ~ [Prédéfinis] ~ [Personnages Importants]
[Modèle de Présentation] ~ [Salon des présentations]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://indus-nesos.jdrforum.com
 

Le contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: Les formalités d'usage :: Les indispensables. :: Contexte & Classes-