Partagez | .
 

 Vhawa V.H Van Der Vaals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vhawa Van Der Vaals
Messages : 58
Date d'inscription : 09/09/2012

Quelques mots sur moi
âge du personnage:: 20 ans
couleur de parole:: darkorange
avatar

Mécano "touche à tout",
Attention, ne pas espionner.






MessageSujet: Vhawa V.H Van Der Vaals    21.09.12 22:24


Je me présente ...





♦ ~ ♣ ~ ♠ ~ ♥ ♦ ~ ♣ ~ ♠ ~ ♥ ♦ ~ ♣ ~ ♠ ~ ♥ ♦ ~ ♣




Mon état Civil - Carte d'Identité :


Nom & Prénom : Vhawa Vitoria Hélèna Van Der Vaals
Surnom : Hey ! La fille !
Âge : 20 ans – le 26 Novembre 1861
Nationalité : Javano-néerlandaise
Métier : Mécanicienne
Situation sociale :Menyihir






Ma bouille et moi - Caractéristiques Physiques


On peut difficilement nier que Miss Van Der Vaals est une belle plante, et sa manière désinvolte de couvrir son anatomie n’est pas pour contredire cette affirmation.
Les multiples origines de ses ancêtres se lisent dans toute son anatomie, que ce soit de la silhouette assez svelte, ou dans ses forme que l’on pourra trouver assez généreuses pour une javanaise. Ce qui pourrait déranger la première fois qu’on la voit sont les trais de son visages qui affichent des caractéristiques fort européennes pour une métisse.
Sa peau sombre ressort avec ses yeux noisette tendant sur l’orangé qu’elle garde souvent orné de noir, simple caprice féminin. Tandis que les trais fins de son visage sont encadrés par une tignasse de cheveux noir plus ou moins discipliné selon l’humeur de la jeune fille.
Elle arbore souvent, comme beaucoup de son « genre », des peinture rituelle de couleur blanche et a parfois l’idée de porter quelques grigris, plus pour le spectacle et leur effet sur les autres que par superstition.





Ma folie et moi - Profil Psychologique


Provocatrice, revancharde, quelque peu sadique et très décomplexée.
Ce sont les meilleurs mots qui pourraient la décrire. Certes elle ne se cantonne pas à cela mais c’est ce que l’on retient d’elle le plus souvent.
En théorie, la jeune javanaise a tout pour être une demoiselle de la haute société, mais elle à consciemment décider de s’assoir sur tous ces préceptes de vie contraignants.

Elle n’a aucun problème avec son corps, la nudité et autre choses généralement mal vue par le concept de pudeur. Ce qui peut déranger certaine personnes, elle en convient, mais n’en tient que rarement compte.
Elevée dans un milieu très masculin, la jeune fille à assez peu souvent des comportements typiquement féminin, utilisant également un langage des plus fleuri, surtout lorsqu’elle parle en javanais. Son néerlandais est bien plus soutenu car elle l’a appris avec son géniteur.

Elle assume toute ses envie et tous ses caprices pouvant parfois se montré très déterminer pour obtenir ce qu’elle désire.

Très marquée par son passé elle garde une dent très forte conte les Belanda dont fait partie celui qui est officiellement son père. De plus elle a quelque grief contre des javanaises pures souches qui n’acceptait le métissage de sa famille lorsqu’elle était jeune. Très curieuse, elle aime rencontrer l’émigré venant sur l’île et passe une certaine proportion de son temps dans les bars du port, quand elle ne travaille pas dans l’étalier familiale ou à ses affaire occultes.

Restant humaine, il lui arrive parfois de s’adoucir et de se laisser aller à quelques moments de faiblesses. Ces dernier son très rares et ne se produisent que dans un cercle très fermé qu’in comprend uniquement son frère aîné, son grand-père et sa grand-mère.







Mes gamelles et moi - Histoire


Deuxième née d’une friterie de quatre, d’un père néerlandais et d’un mère Javanais, on ne peut pas dire que sa vie était une sinécure.
Ses parents se sont rencontrés un peu par hasard, la mère était très jeune et très insouciante. Elle était couturière dans une petite boutique dans les alentours du quartier des Belanda et George Van Der Vaals venait d’arriver, suite à une affaire important confiée par son patriarche. Il avait besoin de nouveau atour pour paraître respectable dans son business, c’est ainsi qu’ils se croisèrent pour la première fois.
Il revint, encore et encore, adressant de plus en plus d’attention au charmant petit lot qu’était Malandra, jusqu’à ce qu’elle cède. Oksa fut le premier à voir le jour, George en était très heureux, mais un enfant hors mariage, avec un indigène de surcroit ce n’était pas possible.
Il reconnut tout de même l’enfant, pensant qu’il aurait une meilleure vie, si il portait son nom, un meilleur statu. Pour éviter que l’affaire ne s’ébruite il soudoya l’employé de l’embrassade pour qu’il ne révèle rien.

Le couple ne se maria pas. Impassable !
Cependant ils continuèrent à se voir en cachette entre deux affaires importantes pour Van Der Vaals. C’est deux ans après que Vhawa vit le jour.
Suivirent dans les six années, deux nouveaux enfants, Skally et Thamkora.

Les jeunes années des flatteries firent rythmées par les aller et venue de leur père qui ne se donnait même pas le peine de parler en javanais et leur apprenait tous ce que devaient savoir de petit européen. A l’extérieur ils étaient souvent mal vu, ainsi que leur mère, ils étaient le signe que les javanais commençaient à accepter la domination néerlandaise et ce n’était pas acceptable. Mais Malandra ne baissait pas les bras, tenant la tête haute, convaincue que George lui resterait toujours fidèle et ne se marierais jamais elle allait même jusqu’à compléter elle-même son éducation avec des livres et le peu qu’elle savait.

Mais elle se voilait la face et ce qui devait arriver se produisit.
Vhawa devait avoir dix ans peine, quand son père entra la mine grave. Il se contenta seulement de d’un regard a ses enfant qui jouaient dans le salon et se dirigea vers la cuisine où Malandra et sa mère se trouvaient. Oksa et sa sœur ne perdirent pas de temps pour aller coller leur oreille à le porte. Ils ne comprenaient pas tout, mais en distinguèrent très bien les pleurs de leur mère et ses protestations.

« C’est comme ça, accepte le. »

Ce sont les mots qu’il avait prononcé en sortant bousculant par la même occasion sa progéniture avant de franchir le pas de la porte. Leur grand-mère sorti alors à son tour et vint s’assoir avec les enfants. Elle leur expliqua qu’ils ne reverraient plus leur père car il allait se marier avec un Néerlandaise. Les petits yeux fixés sur elle ne semblaient pas comprendre la situation et retournèrent bientôt jouer comme si s’était un jour normal.

Il se passa deux ans avant que la progéniture Van Der Vaals ne revoit leur père.
Vhawa n’oubliera jamais cette soirée, elle eut lieux une semaine après son douzième anniversaire, ou bien entendu George n’avais pas fait une apparition. Il était tard quand un fiacre s’arrêta devant la maison attenante à l’atelier. Le père des enfants en descendit, mais une femme resta à l’intérieur, une Dame même, blonde, une vingtaine bien entamée, l’air pincée.
Les ainés ne dormaient pas, et ils eurent tout loisir d’entendre les éclats de voix venant de l’entrée.

« Vous ne pouvez pas ! Vous pourriez être votre Dieu en personne vous ne les prendrez pas ! »

S’était la voie de leur grand-père qui résonnait, puis il y eu un nouvel éclat de voix, leur père cette fois.

« Ce sont mes enfants, j’ai pris le risque de les reconnaître ! Je peux en avoir la garde si cela me plait. »

Il était calme, posé, connaissant son sujet, rien à voir avec la rage sourde qu’on distinguait dans l’intonation de son interlocuteur. Il y quelques échange qui se soldèrent par le bruit d’un coup. Le père de Malandra venait de se faire mettre KO par un gros bras de George Van Der Vaals avait pris soin d’amener avec lui. Puis il y eu beaucoup de cris, beaucoup de pleurs, de supplication. Il était là pour les deux derniers, les deux plus jeune.
Octavia, la si parfaite épouse était parfaitement stérile, mais une famille comme les Van Der Vaals ne pouvait pas rester sans héritier. Par malchance pour eux, Skally et Tamkora étaient les deux moins foncée de peau, si on ne le mettait pas au soleil ils pouvaient presque passer pour des européens légèrement basanés. De plus ils étaient jeune, il n’aurait aucun mal à les faire passer pour des enfants adopté récemment, contrairement à Oksa et Vhawa qui eux étaient déjà trop vieux.

Malandra ne se remis pas de ce deuxième coup que lui avait donné l’homme qu’elle avait aimé. Elle ne pouvait pas rester dans cette ville sans penser à lui, à sa faiblesse à ses enfants qu’elle n’avait pas pu protéger. Elle essaya de refaire surface pendant quelques mois puis elle décida de s’en aller, de démissionner complètement. Elle laissa ses deux grands à se parents et alla monter son atelier de couture à Bali.

Vhawa se senti trahis et abandonner, sans compter ce sentiment d’injustice qu’avait créé George en ne prenant que les cadet, pourquoi pas eux en plus, ne les aimaient-ils pas autant ?

C’est à ce moment que la jeune commença à déraper, elle ne se montrait plus aussi effacée et docile. Elle répondait, se bagarrait, se comportant comme une petite racaille commençant à terrorisé ceux qui s’était moquer d’elle avait.
Pour essayer de la calme son grand-mère l’initia à la mécanique. La jeune fille montrait un certain talent, mais cela ne la canalisait pas assez.

Les enfants avaient toujours été au courant des agissements occultes de leur grand-père même si il ne leur avait jamais montré. Quand Vhawa et Oksa furent en âge de supporter cet apprentissage, il leur montra tout ce qu’il savait. Le garçon était curieux et intéressé, mais ne s’impliquait que modérément. Sa sœur elle était montrait une passion qui semblait sans borne à cette art qui donnait une emprise du l’humain. Elle retenait parfaitement tous les enseignements cherchant même à apprendre par elle-même.

A ses dix-hui ans, elle était déjà une menyihir plus accomplit que certains charlatans qui traînaient dans le port et faisait payer une misère des enchantements pour donner de l’herpès ou autres joyeusetés vénériennes à un rival en terme d’amour.



Un petit mot sur vous ?


Le code : [CODE BON] – ARCHERI
Pourquoi nous ? quelle question :roll :
Un petit coup de main pour débuter ? c’est gentil, mais ça vas !
Un commentaire peut-être ? cupcake.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vhawa Van Der Vaals
Messages : 58
Date d'inscription : 09/09/2012

Quelques mots sur moi
âge du personnage:: 20 ans
couleur de parole:: darkorange
avatar

Mécano "touche à tout",
Attention, ne pas espionner.

MessageSujet: Re: Vhawa V.H Van Der Vaals    11.05.14 20:29

Le 11.05.2014 - Mise à jour de la fiche  :tinycheep: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vhawa V.H Van Der Vaals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: Les formalités d'usage :: Le registre des nouveaux arrivants :: Les résidents réguliers. :: Les Menyihirs-