Partagez | .
 

 Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Esmeralda Al'Hiyaah
Messages : 12
Date d'inscription : 22/07/2014
Age : 22
Localisation : dans les étoiles...

Quelques mots sur moi
âge du personnage:: 24
couleur de parole:: #ff6600
avatar

Dukun Aigle D’Australie
Tueuse à gage en quête de Vengeance

MessageSujet: Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]   22.07.14 18:12


Faisons un point sur qui vous êtes !

Nom: Al'Hiyaah Esmeralda
Surnom: Esmée
Age: 24 ans, née en mars 1857
Nationalité: javanais
Métier: tueuse à gages
Classe Sociale: Dukuns, aigle d'australie

Pour savoir comment vous reconnaître.
Esmeralda se penche au dessus du lac. L’eau calme et limpide lui renvoie son reflet, lui tirant une grimace. Un monstre, voilà ce qu'elle est.
Pourtant, beaucoup vous diront qu'elle est plutôt belle jeune femme. Elle n’est pas très grande, du haut de son mètre soixante-dix, et ses cheveux  tombent en cascade brune le long de son dos, illuminés par de soyeux reflets roux quand elle passe sous les rayons du soleil. Belle jeune femme dont les muscles fins et puissants se dessinent le long de sa silhouette élancée, sous sa peau hâlée de javanaise. Belle jeune femme pour les autres, pour les hommes surtout, mais pas pour elle. Tout ce qu'elle voit en elle, c'est la fille d'un traître, qui a tué sa mère.
Son regard croise celui de son reflet dans le lac. Prunelles dérangeantes qui vous font baisser les yeux. Regard dépareillé, insoutenable. Si sa pupille droite, argentée, est de couleur plutôt naturelle, ce n’est pas le cas de sa pupille gauche qui, elle, est de la couleur des flammes, c’est-à-dire d’un jaune-orange éclatant qui contraste superbement avec son autre œil. L'œil du traître et l'autre d'un démon. Cet orange flamboyant, elle le tient de l'animal qui vit elle, un majestueux aigle australien, aux plumes brunes aux reflets roux, dont les yeux sont deux feux ardents. Allez savoir pourquoi elle n'en garde qu'un et pas les deux.
«Tu fais peur !» se dit-elle en grimaçant. Elle n’aime pas ses yeux, malgré ce qu’en disent certains...
Beaucoup se laissent hypnotiser, fascinés par ces deux étranges prunelles... Un rictus mauvais tord les lèvres d’Esmeralda, elle doit bien l’avouer, ses yeux sont un atout pour piéger ses victimes...
Son regard glisse sur le côté, observe son cou. Elle sait ce que cache ses cheveux. Des petites plumes brunes parsèment sa nuque, autre stigmate hérité de l'aigle. Personne ne se doute jamais qu'elle est Dukuns en réalité, malgré son œil étrange. Ils n'y pensent pas et, comme elle cache très bien ses plumes, jamais ils ne se posent de questions. Elle n'est que la fille d'un traître, même si cela ne se voit pas.
Elle serre les dents et se détourne du lac, non sans avoir auparavant jeter un coup d’œil au tatouage rouge qui lui couvre la partie droite du visage et qui descend le long de son bras. Elle jette aussi un dernier regard dans l’eau pour apercevoir la délicate chaine argentée, sertie d’une ambre au niveau de son front, qui fait le tour de sa tête. Une chaine semblable parcourt son bras droit.
Son tatouage et ses chaînes sont symboliques : le tatouage signifie sa haine et sa colère, sa révolte contre le monde tandis que ses chaînes sont là pour rappeler qu'elle n'est qu'une esclave, qu'une fille de traître détestée et rejetée par son village, qu'elle ne sera jamais vraiment libre tant qu'elle n'aura pas tué de ses propres mains le monstres qui l'a créée.

Esmeralda Al'Hiyaah. Belle jeune femme, javanaise pur souche en apparence... mais fille d'un Dukuns traître qui a pactisé avec les Belandas.

«Jamais tu ne seras un des leurs... jamais tu ne seras une véritable habitante de Java. Mais ils paieront. Tous.»

Vêtements :
Esmeralda porte souvent un corset et un short en cuir sombre (dans les tons marrons et noirs et parfois rouges foncés), ainsi qu’une pair de bottes en cuir qui montent jusqu’en dessous des genoux.

Armes :
Un arc avec des flèches serties de plumes noires et deux poignards qu’elle porte le long de ses cuisses.

Médisons ensembles sur vos défauts et soyons jaloux de vos qualités !
Haine. Esmeralda n'est que haine, colère et rancœur.

Elle hait les javanais. Ce peuple, son peuple, habitants de Java, qui ne l’a jamais accepté, croit-elle. Ce peuple qui n’a jamais su comprendre qu’elle détestait ce qu’elle était, qu’elle aurait tout donner pour que sa mère soit encore vie et qu’elle soit morte à sa place... Ce peuple qui l'a toujours vu comme une bâtarde juste parce que son père était un traître. Ils ne l’ont pas cru et l’ont banni. Ils l’ont laissée seule avec tout le poids de sa souffrance. Ils l’ont abandonnée.

Elle hait les européens. Ceux chez qui son père a vécu. Ceux pour qui il se bat. Ceux qui ont envahi l'île, qui ont réduit en esclavage leurs habitants. Ceux qui se croient les maîtres du monde, qui pensent que tout leur appartient. Néerlandais... une race qui lui donne envie de vomir. C’est à cause d’eux, à cause de son père, si elle est ce qu’elle est aujourd’hui. C’est à cause d’eux que le habitants de son village ne l’ont jamais aimée et c’est à cause d’eux que sa mère est morte. C’est eux qui sont à l’origine de sa souffrance. Et elle ne leur pardonnera jamais.

Esmeralda est remplie de haine. Elle est renfermée sur elle même et parle peu aux inconnus. Sauf si elle a l'intention de les tuer... Elle n’a pas d’amis. Si elle a eu des amants, ce n’était que pour mieux les achever au lever du jour.
Ce qu’elle aime ? Vous l'aurez deviné... Elle aime voir les autres souffrir, elle aime faire couler leur sang. Elle aime jouer avec eux avant de les massacrer. Elle est sans pitié. Jamais personne n’en a eu pour elle, pourquoi devrait-elle en avoir pour eux ?

Mais, sous sa carapace de pierre, sous ce regard de haine, elle cache un amour immense pour la
nature et pour son île. Et c'est bien la seule chose qu'elle aime. La Terre. Elle sait s’ouvrir aux arbres, aux plantes, au vent,... Pour elle, c’est la chose la plus pur qui existe, la seule chose qui mérite le respect. Et elle la respecte, comme jamais elle n’a respecté un être vivant, pas même son Maître. La nature lui a tout donné : de quoi se nourrir, de quoi se vêtir, de quoi s’abriter,... La nature est le seul cadeau que lui ait fait la vie. Et c’est sa beauté qui l’a empêchée de mettre fin à ses jours.
Elles ont un ennemi commun : l’Homme. Et, secrètement, Esmeralda s’est promis une chose : elle
débarrassera la nature de la soif de puissance et de contrôle de la race humaine.

Parce qu'on à qu'une vie ... en général.
Un soir de printemps, un homme vêtu de noir est apparu à l’orée de la forêt. Ëtirina l’a tout de suite remarqué. Rien ne lui échappe quand elle est sous sa forme de chat-léopard. Elle est descendue de son arbre et s’est glissée silencieusement dans les buissons pour voir cet inconnu. Il est beau dans ses habits noirs. Ses yeux argentés regardent attentivement autour de lui, guettant le moindre bruit, le moindre danger qui aurait pu surgir. Mais, malgré ses sens en éveil, il n’a pas repéré la présence d’Ëtirina qui vient de quitter sa peau de félin. La Dukuns est envoûtée par cet homme. Un javanais qui travaille pour le compte des européen. Ëtirina jurerait même que cela fait bien longtemps qu'il est parmi eux. Il a leur attitude, leurs codes vestimentaires, une chaîne en or autour du cou, etc. Un javanais qui n'est javanais plus que de couleur de peau. Peut-être même qu'il avait vécu chez les néerlandais depuis sa plus tendre enfance.
Il a tourné la tête vers elle et, sans réfléchir, elle s’est relevée. Nue. Les vêtements ne se transforment pas, mais elle s'en moque. Il lui a souri et elle a attrapé la main qu’il lui tendait. Il l’a emmenée avec lui. Loin.

~ * ~

Ëtirina court. Elle court depuis des heures déjà et son ventre arrondi ne fait que la ralentir. Il est lourd... elle a mal... la gorge lui brûle, l’air n’arrive plus à rentrer dans ses poumons. Il fait froid, la pluie tombe à grosses gouttes. Elle glisse dans la terre mouillée qui ne fait que ralentir sa fuite un peu plus. Une violente douleur lui déchire le ventre. Elle serre les dents... C'est trop tôt... elle doit continuer... il faut qu’elle rejoigne la forêt, elle n’est plus très loin... Au bout de ce qui lui semble être des heures elle se glisse enfin sous le couvert des arbres, retrouvant l’odeur familière des feuilles humides, de la pluie sur le bois... Elle court encore un peu, mais très vite une autre douleur fait pression sur son ventre. Un liquide chaud coule entre ses jambes... Non ! Pas maintenant...
La Dukuns s’écroule dans l'herbe. Elle hurle de douleur, tandis que les contractions se font plus nombreuses. Les larmes roulent sur ses joues... Elle entendant un bruit de pas... Elle essaie de se relevé, elle doit fuir... mais elle n’y parvient pas, la douleur est trop forte. Elle serre la mâchoire pour ne pas crier... il ne faut pas qu’on l’entende... Il ne doit pas la retrouver ! Les pas se rapprochent... Quelqu’un se penche au dessus d’elle... Elle ferme les yeux... non...

- Ëtirina ?

La Dukuns ouvre les yeux. Ce n’est pas la voix qu’elle redoutait, cette voix là est douce et mélodieuse, elle tinte comme du crystal à ses oreilles...

- Ëtirina ! Qu’est-ce que tu as ? Où étais...

L’autre s’arrête brusquement de parler quand elle comprend ce qu’il se passe.

- Mais qu’est-ce que...

La fin de sa phrase est couverte par le hurlement d’Ëtirina. Elle a l’impression que tout son corps se déchire... Du sang coule entre ses jambes... Elle faiblit... Elle se sent partir... Elle a froid...

- Tient bon Ëtirina !

Elle reconnait la voix... C’est la voix de son amie Isméa... son ton cristallin lui fait l’effet d’un baume apaisant. Elle lui agrippe le bras.

- Isméa...

Un hurlement déchire l’air. Mais ce n’est pas celui de la jeune femme. C’est celui d’un bébé. Isméa s’en saisi et le pose doucement sur la poitrine de sa mère.

- C’est une fille Ëtirina...
- Isméa... promet-moi d’en prendre soin... promet-moi de t’en occuper comme de ta propre fille... elle... elle ne mérite pas de...

Ëtirina ne finit pas sa phrase... le souffle lui manque... la force lui manque... elle sent que la vie la quitte... elle a si froid...

- Promet-le moi...
- Je te le promets Ëtirina... je te le promets...

Un faible sourire se dessine sur les lèvres de l’elfe tandis qu’elle regarde une dernière fois la petite fille posée sur elle. Étrangement, elle ne pleure même pas.

- Adieu... Esmeralda... Que Bassa veille sur toi...

Elle meurt sur ces mots. Isméa ferme délicatement les paupières de son amie. Une larmes roule sur sa joue, silencieuse.

- Que Bassa veille sur toi, Ëtirina.

~ * ~

Isméa est partie il y a quelques heures déjà... Djin commence à s’inquiéter pour sa sœur... Depuis la disparition d’Ëtirina, il a peur pour sa petite sœur. Il est prêt à partir à sa recherche quand il la voit enfin à l’entrée du village... couverte de sang. Il se précipite vers elle.

- Isméa ! Que t’est-t-il arrivé ?

Il arrête sa course net. Qu’est-ce qu’elle tient dans ses bras ? Un cri de bébé retentit... tout le village se regroupe soudain autour de sa sœur. Il s’avance à son tour.

- Qu’est-ce qu’il se passe Isméa ?

Elle lève sa tête et pose sur lui un regard grave, rempli de larmes.

- Ëtirina... elle est revenue...

Une lueur s’allume dans les yeux de Djin : Ëtirina !

- Où est-elle ?
- Djin... elle est morte.

Un silence froid s’abat sur le village. Ëtirina était très appréciée par les villageois, sa disparition en avait déjà attristé beaucoup, sa mort jeta un froid sur tout le village. Djin est celui qui souffre le plus : c’était la femme qu’il aimait, plus que tout au monde.L'annonce lui fait l'effet d'un coup de poignard et il a du mal à contenir sa colère et ses larmes.

- Et ça, c’est quoi ? demande-t-il en désigna la petite chose pleine de sang qui repose dans les bras d’Isméa.
- C’est Esmeralda, la fille d’Ëtirina. Elle est morte en lui donnant naissance. Je lui ai promis de la protéger.

Djin regarde la petite fille d’un air mauvais.

- Fais ce que tu veux avec cette chose... mais que je ne la vois pas me traîner autour...

Il fait demi-tour en fulminant. Pourquoi Ëtirina et pas cette fille ? Pourquoi est-elle en vit alors que celle qu’il aimait est morte ? Cette espèce de... de monstre ! Ce bébé est le fruit des entrailles d'un traître, comment pourrait-il un jour la considérer comme une des siens ?

- Cette Esmeralda est maudite... C’est la fille de l’homme qui m’a pris Ëtirina. C’est la fille d’un démon ! Je la tuerai un jour, de mes propres mains, comme ce traître a tué Ëtirina.

~ * ~

Dukuns. Les premiers stigmates apparaissent habituellement dans les dix premières années de l'enfant. Les plumes d'Esmeralda sont apparues bien plus tard. Elle avait douze ans quand elle s'est réveillée une nuit, prise de démangeaisons au niveau de sa nuque. Elle avait senti de drôles de formes, toutes douces, sous ses doigts en se grattant. Elle s'était levée en sursaut et avait bondi vers son miroir. Ses cheveux courts laissaient parfaitement apparaître les petites plumes brunes qui parsemaient sa nuque. La petite fille avait retenu un cri et avait attrapé un foulard. Personne ne devait savoir. Il y avait quelques Dukuns au village, mais elle, elle était la fille d'un traître. Elle n'était pas une Aslis, elle n'était pas considérée comme javanaise. Elle avait  le sang de celui qui s'était allié à l'envahisseur. Les gens ne l'aimaient pas. Ils la tueraient si ils savaient.

Elle croise son regard dans le miroir. Ses pupilles s'agrandissent d'horreur. De ses yeux argentés, les yeux de son traître de père, il n'en reste qu'un... Le gauche a changé de couleur, il est devenu orange flamboyant, couleur de feu. Son regard était celui d'un traître... maintenant c'est celui d'un monstre !

Comment allait-elle cacher cela ? La réponse ne tarde pas : elle avait toujours eu un regard intense, insoutenable. Les villageois n'ont pas remarqué pas le changement, ou alors il l'ont mis sur le compte de son sang de traître. Son père était peut-être vraiment le descendant d'un démon après tout... Personne n'a soupçonné sa véritable nature. Elle avait déjà douze ans et puis, pourquoi n'aurait-elle hérité que d'un seul œil ? Non, rien n'a changé. Elle était toujours seule et rejetée.

Sa première transformation eu lieu une quinzaine de jours plus tard. Elle était seule, perchée en haut d'un rocher quand elle a senti son corps se déchirer. Une douleur telle qu'elle n'en avait jamais ressenti lui a parcouru le corps. Cela avait duré longtemps.

Explosion de douleur.
Son cri déchire l'air.
Aigle d'Australie.

Esmeralda s'est envolée.

~ * ~

Une larme roule silencieusement le long de sa joue, puis une autre et encore une autre... Esmeralda pleure en silence devant le corps sans vie de sa mère adoptive. Isméa était tombée malade l’hiver dernier. Une maladie inconnu que personne n’avait pu guérir... Le guérisseur du village n’avait réussi qu’à la maintenir en vie pendant un an. Un an au bout duquel elle a rendu les armes, fatiguée de se battre. Elle s’est éteinte dans l'humidité de l'hiver. Les traits de la souffrance marquent encore son visage.
Esmeralda serre les dents... les derniers mots de sa protectrice lui reviennent à l’esprit.

- Esmeralda... Je suis désolée... tellement désolée... tout est ma faute... non attend, ne dis rien, laisse moi parler, ce sont certainement les derniers mots que je pourrais prononcer alors écoute moi bien... Je... Je l’ai vu tu sais... Ton... ton père... J’étais là quand il a emmené ta mère... Je n’ai rien fait pour l’empêcher... j’étais terrorisée... je ne comprenais pas ce qu’il se passait... je n’y croyais pas... c’est ma faute si ta mère a souffert autant à cause de lui... Il était beau... Il était magnifique... Avec des cheveux noirs qui volaient autour de son visage... et des yeux... deux billes argentés, glaciales et envoûtantes... Je n’ai rien fais... pardonne-moi ma Esmée... pardonne-moi... Quand j’ai vu ta mère neuf mois plus tard... je l’ai vue te mettre au monde, elle est morte en te confiant à moi... Je lui ai promis de m’occuper de toi, de te protéger... Je me sentais tellement coupable... Je suis désolée Esmeralda... pardonne-moi...

La jeune femme a serré les dents en regardant Isméa fermer les yeux. Et maintenant, les larmes coulent sans pouvoir s’arrêter.

- Comment pourrais-je t’en vouloir Isméa ? Tu m’as donné tant d’amour... Jamais je ne penserais que tout ceci est ta faute... Jamais...

Isméa a tenu sa promesse, elle a élevé Esmeralda comme si c’était sa propre fille. Elle l’a protégée de son frère ainé, Djin, qui n’a jamais accepté qu’elle ait survécu et pas sa mère. Il a toujours vu en elle la fille du démon et s’est juré de la tuer. Les autres villageois ne lui ont jamais fait de mal, même si ils préfèrent l’éviter. Surtout que Djin est le chef du village... Elle a subi aussi les moqueries des enfants, menés par le fils de Djin. Jusque là, elle a toujours trouvé refuge dans les bras de sa protectrice. Puis elle a fini par développer ses défenses personnelles. Elle a appris à se battre et à tirer à l'arc, seule. Personne ne voulait elle, alors elle a attrappé un jour un arc qui trainait par là et elle s'est entraîné, jour après jour. Pourquoi l'arc ? Parce que c'était une arme silencieuse. Et naturelle. Elle n'aimait pas les hommes et leur influence, elle n'aimait pas leur technologie croissante, technologie qui, soit-dit-en-passant, avait amené les néerlandais jusqu'ici, alors pourquoi se battrait-elle avec une arme à feu ? Non, à ses yeux, l'arc est la seule vraie arme. Une arme noble et digne.

Esmeralda réprime un sanglot. Elle sait parfaitement ce qui l’attend maintenant qu’Isméa est morte.

~ * ~

- Je ne pourrais dormir tranquille que lorsque tu seras morte. C’est Ëtirina qui méritait de vivre... Pas une bâtarde comme toi !

Les mots claquent, durs et froids, dans le dos d’Esmeralda. Elle se retourne doucement pour faire face à Djin. Elle avait beau être cent pour cent javanaise, à ses yeux, elle sera toujours une bâtarde.

- Ne fait pas ça Djin... Que penseraient les villageois ?
- Je m’en fiche. Je suis le chef de ce village, ils ont confiance en moi, je leur ferais croire à un accident. Ils préféreront me croire plutôt que de prendre la défense d’une enfant maudite.

La jeune Dukuns serre les dents. Elle sait qu’il a raison.

- Alors fais-le pour ta sœur. Elle n’aurait pas voulu cela.
- Ma sœur était une idiote, elle a fait la plus grosse erreur de sa vie en te prenant sous son aile. Tant qu’elle était vivante, je ne pouvais rien te faire... c’est bien pour cela que j’ai attendu sa mort... J’aurais pu attendre une éternité, tu sais, mais...

Il bondit sans finir sa phrase, mais il en avait dit assez, elle avait compris. Elle serre les poings, déterminée, le regard brûlant de haine. Elle se baisse pour éviter les grosses mains qui voulaient lui briser le cou et ramasse une pierre. Elle n’attend pas que Djin reprenne son équilibre pour lui envoyer en pleine figure. Désorienté, il ne parvient pas à l’éviter et la reçoit entre les deux yeux. Tandis qu’il bascule en arrière, Esmeralda se jette sur lui et lui arrache son poignard. Elle se dresse au dessus de son torse et lui enfonce la lame dans la poitrine sans hésiter. Il la regarde avec des yeux étonnés. Il essaie de parler mais n’y parvient pas. Il meurt avec un rictus mauvais sur les lèvres.

~ * ~

- Je vous dit que c’est lui qui voulais me tuer ! Je n’ai fait que me défendre !
- Et tu as été obligée de le tuer ? Tu n’aurais pas pu te contenter de l’assommer pour t’enfuir ?
- Il a tué Isméa !
- Arrête de dire des bêtises, Isméa est tombée malade, tout le monde le sait.
- Esmeralda, je sais qu’il ne t’aimait pas, mais il ne t’a jamais fait de mal, pourquoi l’avoir tué si sauvagement ?
- Mais vous êtes bouchés ou quoi ?! Je me suis défendue ! Il allait me tuer ! Comme il a tué sa sœur ! Combien de fois...
- Stop !

Les quelques villageois se tournent vers celui qui venait d’élever la voix. C’est Fernun, un Aslis respecté et ami de Djin. Il a pris provisoirement le contrôle du village en attendant de nouvelles élections. Nul doute que ce sera lui qui sera élu.

- Esmeralda, écoute-moi bien. Djin était le chef de notre village, tout le monde ici avait une totale confiance en lui. Il n’a jamais fait de mal a une mouche et, si il a été particulièrement frappé par la tragédie qui a touché ta mère, jamais il ne t’aurait fait du mal. Je sais qu’il ne te portais pas dans ton cœur, mais je le connais bien et je le vois très mal tenter de te tuer. Et encore moins tuer sa propre sœur.
- Mais puisque je vous dis que...
- Ne m’interrompt pas. Je ne sais pas pourquoi tu l’accuses comme tu le fais, je ne sais pas ce qui te motive. Je ne comprends pas Esmeralda, nous t’avons recueillie, acceptée, soignée. Je sais, les enfants t’ont un peu malmenée, mais ils sont encore jeunes et immatures. D'autant plus que toi aussi tu les cherchais. Tu as toujours été agressive et sur la défensive, mais je ne pensais pas que tu irais jusqu'à tuer l'un des nôtres.

Il marque une pause. Esmée n’ose pas intervenir. Djin avait raison. Personne ne la croit. Ils ont plus confiance en lui et jamais il ne verront en lui un tueur. Surtout que c’est un vrai javanais, lui. C'est plus facile de reporter tous les maux du monde sur elle, fille d'un traître, bâtarde à leurs yeux, ils ont enfin une raison de la supprimer de leur petite vie. Elle serre les dents.

- Pourquoi Esmeralda ?
- Vous ne me croirez jamais n’est-ce pas ? Sauf que je n’ai pas d’autre explication à vous proposer. Vous ne m’avez jamais aimée et vous avez enfin une raison de vous débarrassez de moi. Alors allez-y, tuez-moi puisque vous n'attendez que ça depuis plus de seize ans !
- Tu fais fausse route. Nous sommes très désolés que tu ne te sentes pas chez toi parmi nous...
- Et moi je suis désolée d’être venue au monde.

Un silence de mort envahit la pièce.

- Va-t-en Esmeralda. Quitte le village, et ne reviens pas.

La jeune femme se lève, prend son arc et c’est la tête haute qu’elle passe devant Fernun et tous les villageois. Arrivée dans l’encadrement de la porte elle se retourne et tire une unique flèche. Elle lance un dernier regard noir à l'Aslis avant de s’enfuir en courant.

Personne ne la regarde partir. Ils ont les yeux rivés sur autre chose.
Une flèche aux plumes noires est plantée devant eux.

Comme une malédiction.

~ * ~

- Je sais, tu détestes les européens. Tu détestes tout le monde. Mais je peux t’offrir un moyen d’assouvir ta haine petite. Et un moyen de te venger.

Esmeralda regarde l’homme blanc qui se tient devant elle. Elle sent une puissance et une force émaner de cet homme...  Elle sait qu’il dit la vérité.

- Je n’ai que dix-sept ans, réplique-t-elle.
- Cela n’a aucune importance. Offre-moi trois ans de ta vie et je ferai de toi la plus dangereuse des jeunes femmes du pays. Tu deviendras une assassin que tout le monde craindra. Viens et tu seras plus puissante que n’importe qui.

Esmeralda ne réfléchit pas longtemps.

- Je vous suis.

~ * ~

Trois ans ont passé. Trois ans de douleur, de difficulté. Trois ans d’apprentissage et de perfectionnement. Trois ans au bout desquels sa technique de combat s'est précisée, jusqu'à devenir mortelle. Trois ans sous la tutelle de son Maître, Khâan, qui a tenu sa promesse.

Grâce à lui, elle avait aussi perfectionné l'art du tir à l'arc. Il lui avait montré comment faire ses flèches, comment les empoisonnées et, à la fin de son apprentissage, il lui avait offert un arc magnifique, tout en bois. Des motifs d'ailes étaient sculptés de chaque côté de la poignée et à chaque bout. Un arc puissant, un arc parfait.

Cela fait maintenant quatre ans qu’elle a fini son apprentissage. Elle est devenue une assassin redoutée et recherchée dans tout le pays. Khâan lui avait proposé un contrat avec celui qui l'avait engagé lui. Mais c'était un européen et, même si elle a fait confiance à son Maître pendant trois ans, elle refuse de servir la race que sert son père. Elle a préféré agir seule, pour son compte, tuant pour le plus offrant.

Elle prend plaisir à tuer. Javanais comme néerlandais, elle savoure toujours leur souffrance et se délecte de leur sang.
Elle s’est juré aussi d’exterminer tous ceux qui l'avait rejeté, jusqu’à ce qu’elle retrouve enfin celui qui est à l’origine de tous ses malheurs : son père.

Sa vengeance ne fait que commencer.

La minute Joueur ou Joueuse.
Code réglement: [CODE BON] - ARCHERI
Pourquoi nous ? parce que votre site était très bien présenté, avec un beau design et qu'il me semblait intéressant Smile et puis cela fait un moment que ma petite Esmeralda est née dans ma tête, elle est attérie dans beaucoup d'endroits sans jamais trouver son monde, espérons que celui ci soit le bon Wink
Besoin d'un coup de main pour commencer ? euh... pour le moment je ne pense pas ^^' au pire je viendrai en demandé Razz
Une petit mot ? que "mot" est un nom commun masculin et que de ce fait, on met devant le déterminant "un" et non pas "une" Razz (c'était pertinent n'est-ce pas ? ^^ )


Dernière édition par Esmeralda Al'Hiyaah le 26.07.14 18:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archeri
Messages : 235
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 25
avatar

Spectre phobique du rouge
Terreur d'Admin

MessageSujet: Re: Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]   25.07.14 17:30

Bonjour et re-bienvenue :sheep:

Après les quelques modifications que je t'ai demander il ne reste presque rien Wink

C'est dans la partie où tu parle des Stigmates.
Citation :
quelques Dukuns au village
C'est pas complètement faut donc tu n'est pas obliger de le changer, c'est plus pour être sure que tu soit bien au courant. Les Dukuns sont assez peu, dans un village il y en a souvent un, parfois deux et exceptionnellement trois mais pas plus.
C'est une particularité qui sort assez rarement ^^

J'ai également vu:
Citation :
Pupilles de feu. Son oeil orange était en fait le premier stigmate.
Est-ce que tu pourrait l'enlever ou la reformuler s'il te plais ?
Elle me gêne un peu dans le sens ou les stigmates apparaissent et a ce que j'ai compris sont œil est de cette couleur depuis la naissance, ce n'est donc pas vraiment un stigmate. C'est plus pour évité les confusions.

Et enfin dernier point!
Je pourrais te valider quand tu aura changer ton avatar, elle est vraiment trop pâle, la demoiselle, pour une native :/
Je te propose Cette image retouchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://indus-nesos.jdrforum.com
Esmeralda Al'Hiyaah
Messages : 12
Date d'inscription : 22/07/2014
Age : 22
Localisation : dans les étoiles...

Quelques mots sur moi
âge du personnage:: 24
couleur de parole:: #ff6600
avatar

Dukun Aigle D’Australie
Tueuse à gage en quête de Vengeance

MessageSujet: Re: Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]   26.07.14 15:34

J'ai modifié pour son œil Wink

EDIT : en fait c'est tout bon, j'ai réussi à retoucher mon image ! \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archeri
Messages : 235
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 25
avatar

Spectre phobique du rouge
Terreur d'Admin

MessageSujet: Re: Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]   26.07.14 19:18

Je trouves toujours qu'elle manque un peu de couleur, mais elle est plus foncée qu'une européenne, nous dirons qu'elle est claire pour une javanaise Wink
Voilà l'image modifiée si tu change d'avis.

Te voilà validée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://indus-nesos.jdrforum.com
Esmeralda Al'Hiyaah
Messages : 12
Date d'inscription : 22/07/2014
Age : 22
Localisation : dans les étoiles...

Quelques mots sur moi
âge du personnage:: 24
couleur de parole:: #ff6600
avatar

Dukun Aigle D’Australie
Tueuse à gage en quête de Vengeance

MessageSujet: Re: Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]   27.07.14 8:19

merciii Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Esmeralda Al'Hiyaah [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: Les formalités d'usage :: Le registre des nouveaux arrivants :: Les résidents réguliers. :: Les Dukuns-