Partagez | .
 

 L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mr Octopus
Messages : 61
Date d'inscription : 21/01/2014
avatar

Passe partout
Compte PNJ pour vos fantaisies !

MessageSujet: L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]   17.06.14 9:42




L'habitante de Borobudur
A la recherche du Passage Secret !

Coll et Jaya


Il avait toujours couru un bruit, une rumeur parmis les javanais, même recouvert de végétation ils n’avaient pas oublié ce lieu qui il fut un lieu de culte auparavant.
Pourtant depuis qu’il était de nouveau praticable, car dépouillé de sa végétation, il n’était pas fréquenté par les natifs de l’île. La plupart du temps il était désert, seuls les plus fous ou aventureux européens se pressaient pour essayer de percer les mystères de l’imposant édifice. Mais ils n’étaient jamais vraiment seuls, les ombres étaient toujours trop changeantes, trop fugaces, trop humaines et dès qu’ils étaient sur le point de faire une grande découverte, quelque chose les en empêchait….

Les différents phénomènes étranges s’étaient produits à des endroits qui semblaient aléatoires dans l’architecture du bâtiment. Il fallait dire qu’il était grand, sur quatre étages avec ses plus de cent mètres de côté. L’endroit où il était plus facile de se perdre et où il y avait eu quelques bizarreries de trop était le sommet du temple.

En effet aux abords de l’édifice de très vielles lignées de Dukuns veillaient. Faute d’avoir réussi à dissuader qui de ce soit d’approcher de leur sanctuaire, ils effrayaient archéologues trop curieux, se satisfaisant souvent de les voir décamper comme une prude damoiselle face à une tarentule !

Ce jour-là était spécial, plus que d’accoutumée les gardiens étaient tendus et aux aguets, le grand rassemblement était proche et il ne fallait pas que des européen trop habiles trouvent le moyen d’atteindre l’entrée du temple. Ils se mirent donc à patrouiller dans l’édifice, se servant le leur dons pour se fondre sur la pierre.

Deux groupes de non natifs avaient été repérés !
Un homme,  qui était déjà venu plusieurs fois, et une femme, qui elle semblait sortir de la ville pour la première fois, composaient le premier lot d’intrus. Arrivant par un autre côté le deuxième lot était composé de deux hommes dont un était visiblement un baroudeur expérimenté tandis que l’autre était un vieillard en phase terminale d’une quelconque maladie.

Pour le moment il n’y avait pas vraiment lieu de s’inquiéter, certes leur présence était indésirable, mais les contraindre à partir trop vite pourraient piquer au vif leur curiosité et les Dukuns gardiens respectaient trop la vie pour tuer par simple principe de précaution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]   26.06.14 7:55

Il était temps. Et du temps j’en avais déjà beaucoup de perdu ! Certes ces quelques mois passés en immersion dans Batavia m’avais permis d’apprendre sommairement la langue des colons et quelques coutumes et rudiments du langage des locaux. Vhawa m’avait aidé dans une certaine mesure mais elle m’avait aussi embarqué dans de fichues histoires où je n’avais pas vraiment ma place. Notre accord n’avait pour ainsi dire pas fonctionné : Je ne lui avais été que d’une piètre utilité et elle ne m’avait finalement pas fourni de guide. Cependant elle avait maintenant la certitude que je ne pourrai lui nuire en aucune façon. Il était donc temps pour moi de m’éloigner de la capitale et de rentrer dans le vif du sujet. C’est une mission d’importance qui m’avait envoyée loin de ma patrie natale.

« Ha Mr Shemshoker ! Je suis ravi de vous revoir. » Lord Wilson, chef de l’expédition britannique (et premier contacte qui fût chargé de mon accueil à Java) s’empressa de venir me saluer. Nous avions rendez-vous dans le même bar, lequel faisait office de quartier général des explorateurs anglais à Batavia. Je ne lui avais naturellement jamais fait part des évènements qui s’étaient déroulés suite à notre première rencontre, après que ses comparses alarmés par la profanation de sépulture de l’un des leurs m’aient directement conduit dans l’atelier de Vhawa… et que j’assistais malgré moi au lugubre cérémoniel auquel elle s’adonnait… J’avais simplement justifié le retard de mon départ pour la forêt vierge par une volonté de mettre de l’ordre dans mes affaires. (Ajoutant à cela une soi-disant indisposition due à mon pénible voyage ainsi qu’à la pernicieuse atmosphère qui régnait en cette île et qui avait eu raison de ma santé trop fragile.)

« Voici Mr Williams, il vous mènera au camp naturaliste. Ne vous inquiétez pas, il a l’habitude de ce milieux hostile qu’est la jungle javanaise. Il sera votre guide tout au long de votre… enquête. Je vous souhaite bien du courage. » Acheva mon respectueux compatriote.

Mr Williams me gratifia d’un vague signe de la main et vida d’un trait le fond d’un verre de scotch qui trônait devant lui sur le comptoir avant de roter copieusement. C’était un homme à l’apparence rude, à la barbe négligée et au teint bruni. Une chemise froissée et une veste pleine d’accros ne suffisaient pas à dissimuler sa carrure imposante ainsi que son abondante pilosité. Pour parfaire sa tenue, il portait sur sa tête un chapeau brun poussiéreux si mité que même un épouvantail n’en aurait voulu pour coiffure. Pour tout dire, mon nouvel acolyte ne m’inspirait guère de sympathie et la perspective de passer mes prochaines semaines en sa seule compagnie n’avait rien de très réjouissant.


« Alors Où allons-nous Mr Shemshoker ? » Fit-il en se grattant le menton, après quoi il afficha un grand sourire découvrant une dentition douteuse.

« Il me semble que vous êtes mieux placé que moi pour le savoir… » Rétorquai-je sèchement.

Comme je l’avais pressenti la promiscuité de Mr Williams était fort incommodante, que ce soit par la brusquerie de ses manières ou la grossièreté de son langage, l’odeur de ses pieds ou bien encore ses quotidiennes cuites au mauvais whisky qu’il avait coutume de se mettre quasiment tous les soirs (lui-même me déconseillait fortement de boire de l’eau qui selon lui était la chose la plus dangereuse qui soit dans ce bourbier insalubre). Cependant, sa connaissance de la jungle et son aptitude à manier le fusil et la machette en faisait un camarade précieux.
Après quelques jours passés dans le Camp, quelques compatriotes insistèrent pour que je porte mon enquête sur les ruines d’un temple au nom assez renommé. Un des nôtres, un archéologue qui travaillait au décryptage des nombreux bas-reliefs ornant cette gigantesque et ancestrale structure, avait dernièrement disparu lors d’une expédition qui avait mal tournée. Des rumeurs courraient comme quoi  le site était depuis peu le théâtre de phénomènes aussi effroyables qu’inexplicables. Une seconde expédition avait été dépêchée dans l’espoir de retrouver le scientifique volatilisé mais les hommes qui en été revenus bredouilles et fortement tourmentés par ce qu’ils avaient vu, ou plutôt cru entrevoir… Certains en étaient si émus qu’ils s’enfermaient dans un mutisme pour le moins inquiétant et d’autres juraient que rien au monde ne les feraient remettre ne serait-ce un pied aux abords de ce monument du diable.
Je gardais en mémoire depuis ma première rencontre avec Vhawa les mots qu’elle avait prononcés.
Si dans ce pays des citoyens quelconques pouvaient rappeler les âmes mortes et prendre contrôle de celles des vivants, que pourraient bien les mystérieuses créatures qui hantaient un temple quasi millénaire ? J’étais de toute façon allé trop loin pour reculer dans ma quête de Savoir. Je ne me voyais aucunement fuir cette contrée hallucinante, rentrer à Londres pour regagner ma vie rendue misérable par l’ennui et faire comme si rien de tout cela ne s’était produit. Comment pourrai-je l’oublier ?
Nous arrivâmes au temple de Borobudur. La beauté du spectacle qui s’offrait à nous me coupa le souffle. Quelle sorte de civilisation avait pu ériger pareil monument ? Était-ce bien ce peuple méprisé des colons européens que nous étions, peuplade opprimée et considérée par la plupart de ses envahisseurs comme étant inférieure ? J’avais lues des choses étonnantes à son propos, je m’étais préparé à voir une structure titanesque mais je n’avais aucunement réalisé avant de me retrouver en face la réelle majestuosité de cette merveille d’un autre temps. Tant de grandeur, tant de splendeur faisait presque frémir d’horreur le simple mortel que j’étais, comme tout ce qui ne se trouve pas à l’échelle humaine et appartient au domaine des Dieux intimerait aux hommes l’humilité et la crainte. Tremblant d’excitation, oubliant la fatigue et l’indisposante chaleur qui caractérisait le climat local, je m’élançais vers le temple avec une énergie surprenante. J’entendis mon guide ricaner mais n’y prêta guère d’attention. J’insistais pour que l’on accède au point culminant de cet édifice afin d’avoir une vue d’ensemble de sa grandeur. J’en oubliais presque le but de notre venue. Essoufflé, au bord du malaise cardiaque je m’arrêtais un peu pour reprendre haleine. Nous étions encore bien loin du sommet…


« Hé le vioque, tu vas pas nous claquer dans les pattes hein ? Respire un peu t’es plus pâle qu’un cul d’bourgeoise.» Ironisa encore le très spirituel baroudeur.
Il est vrai que je manquais un peu d’exercice. Affichant un regard méprisant, je gardais le silence et tâchais je récupérer mon souffle.

« Pourquoi porter ce bardas sur ton dos ? Ces bouquins pèsent une tonne et ta pauvre carcasse peine déjà à supporter le strict minimum vital. Mon avis, c’est pas tes trucs d’intellectuels qui vont te garder la vie sauve…. S’ils ne te tuent pas. »
C’est qu’il insistait l’animal !
Avant notre départ je n’avais pu m’empêcher d’emmener avec moi quelques ouvrages dont certains appartenaient à l’archéologue perdu. En fouillant dans sa tente j’avais même mis la main sur un carnet de notes aussi intrigant qu’instructif!
Cet idiot de Williams… Lui expliquer aurait été une perte de temps. N’ayant plus la force nécessaire pour me mettre en colère, je répliquais simplement avec dédain :


« Je ne suis pas si vieux que tu le crois ; je n’ai même pas encore 45 ans. »

« La vache ! Moi qui croyais être déjà bien abîmé pour mon âge, ha ha ! Pas 45 ans ?! T’en fais au moins 60 vieux ! Faut croire que les boulots de cérébral ça vous décrépi un gars aussi sûr que s’il avait bossé à la mine toute sa vie durant ! ha ha HA !»

Décidément, ce montrer vexant à mon encontre était devenu son passe temps favori.

« Arrêtes de rire de tes propres âneries et marche ! Nous avons encore du chemin et une affaire à résoudre. Ce qui n’annonce rien de si plaisant. »
Revenir en haut Aller en bas
Mr Octopus
Messages : 61
Date d'inscription : 21/01/2014
avatar

Passe partout
Compte PNJ pour vos fantaisies !

MessageSujet: Re: L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]   02.07.14 13:08


Le dukun qui avait pris en filature le groupe du vieil homme était bien jeune et inexpérimenté, cependant il mettait de la bonne volonté à l’ouvrage.
Bien camouflé grâce à ses dons, il se déplaçait d’un pas léger et souple, se cachant derrière les nombreuses statues du temple ou encore les quelques éboulements dus à l’abandon du lieu. Il avait souvent vu des européens dans le temple, mais rares étaient ceux qui affichaient un physique comme celui du maigre. Il était curieux de voir comment il arrivait encore à monter au sommet du temple avec autant d’aisance.

Il grimpait derrière eux, toujours aussi invisible, quand une pierre bancale se déroba sous son poids le faisant glisser et lui blessant le côté de la jambe. Certes c’était superficiel, mais il allait devoir soigner ça et demander à un autre membre de son « clan » de prendre le relais.
Il se faufila avec un peu de peine dans un corridor de côté, longeant le mur, sans voir que parfois sa cuisse meurtrie laissait de petites tâches de sang sur la paroi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]   08.07.14 14:25

Le soleil dardait si fort ses rayons brûlant que j’imaginais mon sang bouillir ainsi que ma pauvre cervelle cuire à l’étouffé sous ma boîte crânienne. J’avais pourtant troqué mon élégant costume de ville pour une tenue plus adaptée à ce genre d’escapade aventureuse. En lieu de mon usuel Haut de forme, il siégeait sur mon chef un casque colonial qui, au-delà du ridicule aspect qu’il me conférait, était censé me protéger des rayonnements néfastes de l’astre infernal et des éventuels éboulis de roches.
Le reste de ma panoplie se constituait d’une chemise légère et d’une culotte que des guêtres montantes recouvraient des mollets jusqu’aux chaussures (Chaussures aux épaisses semelles d’un cuir plus rigide que celui dont sont fait les souliers des citadins). Dans le souci de maintenir un semblant d’élégance, je gardais ma cravate ainsi qu’un veston sans manche que la chaleur ambiante m’avait forcé à tenir ouvert mais que je conservais avec entêtement. Lui seul n’étant pas dépourvu de poches, où aurai-je mis ma montre à gousset si je ne l’avais revêtu ? (Je vous épargnerais la réflexion grossière que me fit Williams à ce propos.)
Je ne m’attarderais pas plus dans de futiles descriptions. Ce qui suit devrait être d’un intérêt bien plus grand pour mes éventuels lecteurs. Je disais donc que malgré une panoplie toute indiquée, je peinais à supporter les conditions de cette excursion. Nous étions forcés à de fréquents arrêts pour que je puisse me désaltérer. Lors d’une de ces brèves pauses, je portai avidement à mes lèvres la gourde remplie d’une précieuse eau qu’il me fallait consommer avec parcimonie.


« Vous ne devriez pas boire de cette saloperie. Ça va vous achever. » Dit alors Williams après s’être lui-même abreuvé d’une grande lampée du whisky que contenait sa flasque.
« Comme c’est amusant.  _Répliquais-je amèrement._ Mon médecin m’a fait pareille remarque concernant celle que vous buvez sans modération. »

Un bruit coupa court au semblant de conversation stérile que nous allions entamer. Une sorte d’éboulement devait en être la cause, chose fréquente dans un édifice aussi vieux et exempt de toute restauration. Le son provenant de derrière nous, nous hésitâmes un instant puis ma curiosité finit par nous faire rebrousser chemin. Une large pierre s’était en effet affaissée en contrebas.

« _Williams, pensez-vous tout comme moi qu’une roche ne s’effondre pas sans raison ?»
« _Sans raison, ça non. Mais si c’est des raisons qu’il vous faut, c’est pas ça qui manque. L’âge de cet amas de pavés disjoints, un animal quelconque qui passait par là… »
« _Je sais… seulement nous devrions nous tenir sur nos gardes. Nous ne sommes pas dans un lieu quelconque. Cet endroit est censé être le théâtre d’étranges phénomènes et de disparitions. »
« _Ne me dites pas que vous êtes effrayé par une simple chute de cailloux ? »
« _Je veux juste dire… nous ne sommes peut-être pas seuls. »

Que ce soit dans le récit confus de quelques de nos confrères ou bien dans les notes des précédentes expéditions de notre archéologue volatilisé, tous disaient avoir pressentie à un moment une sorte de présence. Ils avaient eu la sensation d’être suivit, traqué, que chacun de leurs gestes étaient observés par une mystérieuse entité invisible à leurs yeux.
Si je n’avais pas eu vent de ces témoignages, mon imagination n’aurait pas été si impressionnée et j’aurai renoncé à voir quoique ce soit d’alarmant dans ce banal incident. Sans doute aurai-je aussi renoncé à observer plus attentivement la scène et serai-je passé à côté du détail suivant :
Des taches d’un liquide rouge ornaient le sol non loin de l’éboulis.


«_ On dirait… _Je m'agenouillais auprès de ma nouvelle découverte et y trempais le bout de mon doigt._
... du sang, c’est bien ça. »
« _Quel sens de l’observation. » Ironisa Williams.
« _Quelqu’un ou quelque chose de blessé est passé par là. Les traces sont encore toutes fraiches. » Observai-je.
« _Votre capacité de déduction est vraiment remarquable, Monsieur le Détective. »

« _Cette chose à sans doute été blessée par l’éboulement, c'est même peut-être elle qui l'a provoqué … »
« _Quelle perspicacité ! A moins qu'elle n'ait été blessée par tout à fait autre chose et qu'elle ait déclenché l'éboulement ensuite. Ou bien qu'elle ne l'ait même pas déclenché et qu'elle soit juste passée par là et que cela ne change strictement rien au fait qu' en fait : on en a absolument rien à f...  »

« _Je suis certain que ces taches n'étaient pas là tout à l'heure.»
Je ne prêtais plus attention aux sarcasmes de mon acolyte et poursuivais mon raisonnement à haute voix. Les gouttes menaient à une sorte de couloir bien étroit. Je m'y engageai sans hésiter.

«_ Il y a également des marques sur les murs. A en croire la hauteur à laquelle elles sont situées, c’est sans doute un être humain ! Ou bien je ne voudrais pas croiser l'animal qui en est l'auteur... Enfin, cette obstination à s'appuyer sur les parois pourrait s'expliquer par son désir de se maintenir en station verticale. Sans doute a-t-il du mal à marcher. Blessure à la jambe, probablement... Peut-être s’agit-il d’un des disparus? »

« _Mmh… il n’y a qu’un moyen de le savoir. »
Grommela mon guide en s'engouffrant à son tour dans le corridor.

Pour une fois nous étions d’accord.
Revenir en haut Aller en bas
Mr Octopus
Messages : 61
Date d'inscription : 21/01/2014
avatar

Passe partout
Compte PNJ pour vos fantaisies !

MessageSujet: Re: L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]   20.07.14 20:51

Le jeune Dukun blesser se rendit compte que sa jambe, malgré le fait qu’elle n’était que superficiellement touchée, suintait assez de sang pour qu’il coule le long de sa jambe et tâche la pierre. Bien sûre il savait qu’on pouvait le suivre grâce à cela.
Il s’arrêta une instant essayant de trouver un moyen soit d’effacer ses traces soit de ne pas se faire suivre ou alors d’éviter au sang de couler.

Il ne se passa que quelques instants avant qu’il n’entende la conversation des deux européens se rapprocher.

Il fallait agir.

Sans vraiment réfléchir il se décida de désescalader les bas-reliefs pour descendre à l’étage inférieur in savait que dans les méandres du bas se trouvait l’entrée pour la grotte de Bassa.
Il fallait qu’il atteigne le passage secret avant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'habitante de Borobudur - A la recherche du passage secret ! [Evénement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: La Jungle :: Les ruines du temple de Borobudur. :: Le temple extérieur-